Publier un livre

Publier un livre, c’est une aventure dans laquelle on embarque du monde : l’auteur d’abord, qui est un invité de marque, un VIP en quelque sorte. De cette aventure, il attend beaucoup et en premier lieu que son livre circule, rencontre un grand nombre de lecteurs, si possible quelques journalistes et des critiques. S’il écrit pour lui, parce qu’il en a besoin ou envie, il publie pour partager. Imaginez concocter un bon plat dont personne ne veut ? C’est frustrant car sans doute vous l’avez élaboré, ce plat, pour faire plaisir aux gens que vous aimez. Pas pour les empoisonner !

Dans cette aventure, pour accueillir l’auteur, le VIP sur le bateau, il y a le capitaine. Il est là d’abord pour guider le navire « publication ». Il va s’assurer de l’accueil de l’auteur (contrat, fabrication, promotion). Pour que l’auteur fasse son job pendant la promotion, il faut que le résultat lui convienne, que « l’objet-livre » lui plaise. En amont du plaisir partagé de vivre cette aventure ensemble, il y a la vigilance de l’éditeur qui va s’assurer que les écrits de l’auteur ne portent atteinte à personne, pas même à lui-même, que les idées qu’ils véhiculent ne heurtent pas, n’incitent pas à la violence… En amont d’une publication, il y a une attention qui relève de l’éthique : qu’est-ce que ce livre peut induire dans l’esprit de ceux qui vont le lire ? Que peut-il inciter à faire dans la vie ? Publier un livre c’est contribuer, d’une certaine manière, à façonner la société. Dis-moi ce que tu lis, je te dirai qui tu es !

L’éditeur n’est pas seul, pas plus qu’un capitaine sur un bateau : il a des collaborateurs qui contribuent à la qualité du livre. Correcteur, graphiste, chargé de communication, webmaster, diffuseur, distributeur. La liste n’est pas exhaustive.

Et pour faire vivre le livre, il y a les lecteurs. Et parmi eux encore, ceux qui les sélectionnent pour des prix qui récompensent les meilleurs livres. Le Lions Club fait partie des mécènes qui décernent des prix et Arnaud de La Blanchardière, un auteur publié chez L’Art-Dit, a été honoré du Prix du Roman Régional du Lions Club District Sud-Est pour La Gardienne de musée. Ce prix a été l’occasion de découvrir à quel point le Lions Club est engagé dans la culture avec son prix de littérature et un prix d’éloquence qui distingue des jeunes particulièrement brillants.

Et quoi qu’on en ai dit ces deux dernières années, la culture est essentielle pour une société prospère où il fait bon vivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.